DOSSIER DE L'ETE NORTIA
MUHAMMAD
YUNUS

La naissance du social business avec le créateur du micro-crédit.

< RETOUR

MUHAMMAD
YUNUS

La naissance du social business avec le créateur du micro-crédit.

SON PARCOURS

Muhammad Yunus, né en juin 1940, est originaire d’un village du Bangladesh où il grandit au sein d’une fratrie de 14 enfants. À la fin des années 1950, il devient titulaire d’une licence et d’une maîtrise d’économie à l’université de Dhaka puis enseigne l’économie au Chittagong College. À 21 ans, il fonde la première usine à haute technologie d’emballage et d’impression au Pakistan, qu’il confie, une fois florissante, aux mains de ses jeunes frères. Il part alors à l’université du Colorado (USA) pour préparer un doctorat, puis travaille en tant que professeur pendant quelques années à la Middle Tennessee State University, avant de se consacrer à ses convictions politiques. En 1971, lors de la guerre civile pour l’indépendance du Bangladesh, Muhammad Yunus se range aux côtés des indépendantistes. Depuis les États-Unis, il fait campagne dans les médias et collecte des fonds. Il s’investit également à la Bangladesh Defence League qui est chargée d’approvisionner les indépendantistes en armes et en munitions. Six mois après la proclamation de l’indépendance du pays, il quitte le continent américain afin de participer au développement de sa région natale. Il est nommé responsable du département d’économie de l’université de Chittagong pendant quelques années.

LA CONSTRUCTION

C’est l’année 1974 qui marque le point de départ de sa lutte pour éradiquer la pauvreté. De violentes inondations couplées à une croissance démographique rapide provoquent une famine extrêmement meurtrière. Le professeur d’économie marque le pas : « j’étais saisi de vertiges en voyant que toutes les théories que j’enseignais n’empêchaient pas les gens de mourir autour de moi ». Il fonde alors avec ses étudiants le groupe « recherche-action » qui vise à améliorer les conditions de vie des habitants de la région. La première année est principalement consacrée à l’agronomie. Ce n’est que dans un second temps que Mohammad Yunus s’aperçoit du fait que la pauvreté des villageois résulte de leur impossibilité d’être soutenus financièrement. En fait, ces derniers n’ayant que peu de biens et de liquidités, les banques se montrent extrêmement frileuses quant à l’accord d’un prêt.

SA METHODE

Muhammad Yunus est persuadé d’une chose : une somme d’argent, si minime soit-elle, est suffisante pour lancer une activité. Il commence donc à financer sur ses fonds personnels des micro-prêts (quelques dollars seulement). Le résultat est sans appel : en plus d’être intégralement remboursés, ces prêts ont un effet positif sur la situation des emprunteurs à long terme. Les établissements bancaires de la région refusant de s’impliquer dans ce projet à risque, c’est seul qu’il met en place le premier programme de microcrédit : le Grameen. Six ans plus tard, en 1983, son programme obtient le statut d’établissement bancaire. La Grameen Bank (littéralement « Banques des Villages ») octroie donc des prêts de faibles montants, accordés sans garantie à des personnes exclues du système bancaire traditionnel. Malgré des taux d’intérêt élevés (30% en moyenne), 92% des emprunts sont remboursés. Les impacts, eux, sont positifs, tant pour l’emprunteur que pour l’économie locale. Fort de ce succès, la Grameen Bank diversifie ses activités (dans l’industrie textile, la téléphonie, la production d’électricité par énergie solaire), toujours sur fonds de soutien de l’économie informelle. Dans les années 1980, le modèle rencontre un franc succès et s’exporte à l’international au début des années 1990.

CE QUE L'ON RETIENT DE L'HOMME

Né au Bangladesh en 1940, Mohammad Yunus est le fondateur du microcrédit. Ce concept est à la base d’un système de financement global qui représente 102 milliards de dollars d’encours de prêts en 2017, accordés par plus de 10 000 instituts de microfinance pour 210 millions de clients finaux présents en Amérique Latine, en Asie du Sud Est et en Afrique. Supprimer la misère en étendant la définition du capitalisme, c’est ce que Muhammad Yunus a tenté de réaliser. Selon lui, le capitalisme n’est pas fondamentalement inégalitaire, et peut être la solution. Le banquier des pauvres a reçu de nombreuses récompenses et notamment le prix Nobel de la paix en 2006, récompensant son combat de développement économique et social.


EN BREF

Muhammad Yunus est à la base d’une solution de financement alternative appelée le microcrédit. Il est convaincu qu’une petite somme d’argent peut lancer le développement d’une activité, qui profitera par la suite, non seulement à l’emprunteur, mais également au développement de sa région. C’est seul qu’il fonde le premier institut de micro-crédit en 1983 (la Grameen Bank), via lequel il accorde des prêts aux personnes exclues du système bancaire traditionnel. Aujourd’hui, la viabilité du micro-crédit n’est plus à prouver. Il représente 102 milliards de dollars d’encours de prêts répartis sur 85 pays.


CYCLE DE VIE ASSOCIEE

Création Expansion Consolidation Réorganisation Transmission Déclin

TYPE D'EVENEMENTS LIES

Création d’un mouvement


EVOLUTION DU COURS DE LA SOCIETE


PRESENCE DANS LE MONDE :


TELECHARGER LA FICHE